« Mon frère et moi et le TSA » de Marilyn Clark : le trouble du spectre de l’autisme et les émotions

23 septembre 2020

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

Mon frère et moi et le TSA de Marilyn Clark :
le trouble du spectre de l’autisme et les émotions

Mon frere et moi et le TSALe trouble du spectre de l’autisme reste assez méconnu d’une bonne partie de la population et est encore stigmatisé dans notre société. Pour un enfant, il peut être encore plus difficile de comprendre le TSA. Avec Mon frère et moi et le TSA, publié aux éditions Apprentissage Illimité, Marilyn Clark nous raconte la relation entre une petite fille et son frère atteint du trouble du spectre de l’autisme.

Le ton y est léger et amusant, en dépit de la teneur éducative du propos. Les illustrations captent à merveille les moments de la vie quotidienne. Ce livre cherche à pallier un manque dans la littérature jeunesse : Il y a beaucoup de livres pour les enfants sous le spectre de l’autisme, mais peu pour les enfants vivant avec un frère ou une sœur atypique, commente l’autrice. Elle a donc cherché à faire une place à ces enfants un peu oubliés, et a surtout tenté d’apprendre à ces enfants à exprimer leurs sentiments par rapport au TSA au lieu de tout garder « en dedans ».

Vivre avec un enfant atypique

Marilyn Clark n’a pas eu à chercher bien loin l’inspiration qui allait guider son premier livre jeunesse : elle l’a trouvée au sein de sa propre cellule familiale, en s’intéressant aux émotions de sa fille de neuf ans. Ce livre vient des discussions que j’ai eues avec ma fille concernant ses émotions autour du fait d’avoir un frère avec le trouble du spectre de l’autisme. On pense souvent à l’enfant atypique et à ses besoins, alors ma fille se sentait un peu jalouse de toute cette attention et de toutes les petites choses « d’extra » [dont son frère] avait besoin. Elle adore son frère, mais il y avait d’autres émotions autour de ça. Je la trouvais un peu trop responsable pour lui, des fois. Surtout quand on sait que les enfants ne sont pas toujours aussi gentils à l’école. Donc, elle défendait beaucoup son frère contre les autres enfants qui n’étaient pas toujours gentils avec lui. On en discutait chaque jour au retour de l’école. Elle me disait : « Mon frère a fait ça et j’ai dû faire ça », et « Maman, c’est dur, des fois ». Je lui ai dit : « Je comprends que c’est difficile et fatigant. » Marilyn Clark trouvait que sa fille s’en mettait beaucoup sur les épaules pour une fillette de neuf ans. Son livre se veut une tentative d’inculquer un peu d’empathie aux enfants, au regard du trouble du spectre de l’autisme (TSA).

Plus que le TSA

Le but premier de ce projet d’écriture était, pour Marilyn Clark, de raconter sa petite histoire. Or, en cours de projet, son éditeur et elle ont trouvé que le livre couvrait un vaste éventail de sujets à la fois. Bien que le TSA en soit le sujet central, les émotions chez les enfants y occupent une place importante. Comme elle me le mentionnait, elle trouve qu’on met beaucoup trop d’emphase sur le fait que les enfants doivent être toujours de bonne humeur et qu’on a tendance à éviter d’aborder le sujet des émotions avec les enfants par peur de déranger. Elle a ainsi voulu rappeler aux parents que la gentillesse et l’empathie envers les autres, c’est quelque chose qui s’apprend, qui ne va pas nécessairement de soi. Je trouve que c’est quelque chose qui s’apprend en premier à la maison. Je discute beaucoup avec mes enfants de ces sujets-là. L’autrice espère donc aider les parents à s’intéresser aux émotions de leurs enfants et à les inciter à en discuter avec eux, à leur enseigner à en discuter. Elle souhaite en outre que son livre devienne un outil pour les enseignant(e)s qui amène à parler ouvertement des différences, en classe, avec leurs élèves.

Mon frère et moi et le TSA de Marilyn Clark est paru aux éditions Apprentissage Illimité aux formats papier et numérique.

Julien Charette
23 septembre 2020