Coups de cœur de l’équipe :

Trois suggestions de lecture de Xavier Lord-Giroux

14 juillet 2021
Nouveauté de la semaine
Partagez

Xavier Lord-Giroux,
chargé de projets,
vous présente ses coups de cœur de l’année

En cette période estivale, l’équipe du Regroupement des éditeurs franco-canadiens vous présente sa sélection de livres coup de cœur. Au cours des prochaines semaines, chacun des membres partagera ses suggestions de lecture. Cette semaine, Xavier Lord-Giroux, chargé de projets, vous propose trois œuvres littéraires qui l’ont marqué cette année.

Halfbreed de Maria Campbell (Éditions Prise de parole, 2021)

Xavier Lord-Giroux commence fort, en vous suggérant le roman Halfbreed de Maria Campbell, qu’il a lu dans sa version parue en français cette année. Dans cette œuvre autobiographique publiée originalement en 1972, l’autrice raconte sa jeunesse dans une réserve routière de la Saskatchewan ainsi que son parcours dans les bas-fonds de Vancouver. Ce livre m’a été recommandé par une amie crie de la Saskatchewan, l’année dernière, mais je n’arrivais pas à le trouver en français. J’avais donc mis l’idée de côté, et à mon grand plaisir les Éditions Prise de parole ont publié une traduction française il y a quelques semaines. Alors dès sa sortie, j’ai mis la main dessus. Et je n’ai pas été déçu.

Ce qui a plu à Xavier, c’est le ton intimiste de cette œuvre, mais aussi le devoir de mémoire qu’elle recèle : une « mission » que s’est donnée Maria Campbell afin de dévoiler l’histoire oubliée d’une communauté que l’on a cherché à effacer. Ce livre se distingue vraiment des autres puisque c’est son expérience personnelle que met de l’avant l’autrice. Halfbreed commence par une visite de Maria dans son village natal, où vivait une grande communauté métisse lorsqu’elle était enfant. Mais [quand elle y retourne, trentenaire], toutes les traces de cette communauté ont été effacées. Indépendamment de l’étiquette métisse ou autochtone, c’est une histoire poignante.

Apesanteur de Paul Bossé (Éditions Perce-Neige, 2020)

La deuxième recommandation littéraire que vous fait le chargé de projets du REFC est le recueil de poésie Apesanteur de Paul Bossé. C’est comme si on essayait de faire une recette avec deux ingrédients qui ne vont jamais ensemble : l’espace [le cosmos] et une langue acadienne. Ça n’a jamais été fait avant. J’ai toujours été fasciné par les planètes, les étoiles, et en plus je suis acadien. Donc, marier la langue acadienne et l’espace, je trouve que [c’est percutant]. Ce recueil sort donc du moule de la poésie en milieu minoritaire, où les textes s’ancrent d’ordinaire dans le territoire.

Avec Apesanteur, l’auteur nous amène « ailleurs », à des millions de kilomètres de l’Acadie, et de la Terre même. Il crée une poésie acadienne sur les planètes. Il faut lire ce livre juste pour entrer dans le trip de Paul Bossé et dans son univers quelque peu déjanté. Il fait un show et on est spectateur de ça.

Le chat Janus de Lyne Gareau (Éditions du Blé, 2020)

Le roman Le chat Janus de Lyne Gareau renferme trois histoires sur les thèmes du départ et de la transition vers une autre vie. Plus longues et plus étoffées, les deux premières parties sont celles qui ont accroché Xavier. Dans la première histoire, on comprend qu’il y a une sorte de cataclysme et que la narratrice s’évade sur une île avec son chat. En effet, elle fuit un monde qui part en vrille. Elle devra apprendre à survivre de manière autonome, coupée du monde. C’est vraiment une belle plume qu’a Lyne Gareau. Elle réussit à nous amener dans l’intimité de ce personnage-là, qui se retrouve seul avec lui-même face à l’inconnu.

La seconde histoire ressemble à la première tout en s’en distinguant. Elle se déroule dans une université en Colombie-Britannique, où une professeure de français part à la retraite. Ce qui rend cette histoire passionnante aux yeux de Xavier, c’est l’ambiguïté qui y émane de la relation entre la professeure en fin de carrière et un étudiant du même âge qu’elle. Encore une fois, Lyne Gareau nous fait entrer dans l’intimité d’un personnage à la manière dont elle seule sait le faire. Habituellement, je suis incapable de lire au lit, mais pas cette fois-ci. Ce livre-là, je l’emportais au lit pour le lire jusqu’à ce que je m’endorme. C’est vraiment un gros coup de cœur, que je peux difficilement expliquer. Vous serez touché par la simplicité de cette œuvre, mais aussi par les émotions qui en découlent. Et qui sait, peut-être aurez-vous de la difficulté à stopper votre lecture, tout comme ce fut le cas pour Xavier.

Retrouvez-nous la semaine prochaine pour d’autres suggestions de lecture.