Coups de cœur de l’équipe :

Trois suggestions de lecture de Mylène Viens

21 juillet 2021
Actualité
Partagez

Mylène Viens,
responsable des communications,
vous présente ses coups de cœur de l’année

En cette période estivale, l’équipe du Regroupement des éditeurs franco-canadiens vous présente sa sélection de livres coup de cœur. Au cours des prochaines semaines, chacun des membres partagera ses suggestions de lecture. Cette semaine, Mylène Viens, responsable des communications, vous propose trois œuvres littéraires qui l’ont marquée cette année.

Will & Ernest de Martine Noël-Maw (Éditions de la nouvelle plume, 2020)

La pièce Will & Ernest, écrite par Martine Noël-Maw, met en scène les derniers mois de la vie de l’écrivain Will James, auteur de renommée mondiale, dont certaines des œuvres ont été traduites dans plusieurs langues et à qui l’on doit le roman Smoky. On retrouve Will dans sa maison en Californie, où le rejoignent Alice, son ex-femme, ainsi que Monica, une secrétaire qui rêve de devenir écrivaine ou journaliste. J’ai eu un puissant coup de cœur pour cette pièce entièrement bilingue, chose que je n’avais jamais vue auparavant. Une pièce de théâtre où les deux personnages principaux ont davantage en commun qu’ils ne le croient…

C’est une œuvre où la relation intergénérationnelle entre une femme et son idole occupe toute la place. La jeune Monica rêve : c’est encore tout beau, tout neuf, tandis que Will est désillusionné. C’est le choc entre la fougue de la jeunesse et le flegme de la vieillesse ainsi que la transmission d’une passion que la dramaturge a réussi à mettre en scène de manière convaincante. Mylène Viens vous suggère de lire cette pièce pour explorer les doutes qu’éprouvent tous les grands de la littérature. J’ai aimé l’ambiance de la vie de l’écrivain – une vie pas toujours « glamour ». Ça nous plonge dans le rêve de l’écrivain, et dans celui de [la jeune femme qui] aspire à cette vocation.

Errances de Marie-Thé Morin (Prise de parole, 2021)

Errances est le premier tome d’une trilogie écrite par Marie-Thé Morin, une autrice très connue et respectée de la scène théâtrale franco-canadienne. Elle est aussi la scénariste derrière la série dramatique Eaux turbulentes diffusée sur ICI ARTV en 2019. Dans ce roman, le lecteur suit en parallèle Anaïs et Rod, qui parcourent les routes chacun à bord de sa camionnette. Anaïs roule vers une destination inconnue en quête d’inspiration pour écrire, tandis que Rod est plutôt à la recherche d’un moyen de relancer sa carrière de chanteur d’opéra. Les deux se retrouveront dans un vieux motel à la suite de circonstances particulières. À mesure qu’ils s’enfoncent dans des univers mystérieux, où le temps semble suspendu, Anaïs et Rod sont confrontés à une nouvelle réalité où ils ne sont plus tout à fait les mêmes qu’auparavant. Ce livre mêle fantastique et réalisme pour relater un road trip hors de l’ordinaire. J’ai été fortement attirée par le style roman de route. Pour ceux qui aiment ce genre littéraire, c’est vraiment un roman à lire!

L’autrice a su construire une histoire captivante, que les lecteurs auront de la difficulté à lâcher avant de l’avoir terminée. Les personnages sont super attachants, le rythme est entraînant et il y a beaucoup de dialogues. Cela fait en sorte qu’on ne peut s’arrêter de tourner les pages pour connaître la suite. J’ai dévoré ce livre en deux soirées, mais ça aurait pu être en une seule, tellement l’histoire est captivante. La responsable des communications du REFC vous suggère ce roman pour vous évader et prendre la route dans le confort de votre foyer.

Les aurores boréales : le grand spectacle de Corbeau de David Bouchard (Éditions des Plaines, 2021)

Ce conte écrit par David Bouchard et illustré par Jasyn Lucas raconte une des légendes autochtones qui visent à expliquer les aurores boréales. Selon cette légende, c’est Corbeau, le « Joueur de tours », qui aurait peint ces lumières qui illuminent les nuits du Grand Nord. Mylène Viens a été charmée par les magnifiques illustrations qui accompagnent l’histoire et qui appellent à la contemplation. C’est vraiment un livre objet : il est lustré, brillant et plein de couleurs. C’est une œuvre qui attire le regard. J’ai trouvé ça doux et enveloppant. Le langage utilisé par l’auteur y est aussi pour beaucoup dans le choix de cette œuvre. Ce conte suscite croyances et ouverture d’esprit. J’aime le fait que l’auteur soit métis et qu’il croie à ces histoires-là, mais qu’il ne force pas les lecteurs à y croire pour autant. Les aurores boréales est un livre à lire pour la beauté de ses illustrations et son côté envoûtant.

Retrouvez-nous la semaine prochaine pour d’autres suggestions de lecture.