« Stella Maris » d’Éveline Gallant-Fournier : l’étoile au cœur de l’océan

16 décembre 2020

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

Stella Maris d’Éveline Gallant-Fournier :
L’étoile au cœur de l’océan

 

Stella MarisDans Stella Maris, un roman d’Éveline Gallant-Fournier publié aux Éditions La Grande Marée, nous sommes plongés au cœur de l’océan dans une aventure rocambolesque à la recherche d’une étoile. Nous voyageons à travers cet univers fantastique sous-marin peuplé de poissons multicolores et de créatures mythologiques telles que les sirènes. Quelques références historiques s’y glissent également pour créer un livre unique : C’est un roman fantastique qui fait des liens avec l’histoire des Acadiens de manière farfelue.

Éveline Gallant-Fournier a choisi pour son roman un titre très évocateur pour les Acadiens. Stella Maris, c’est quand même un nom très symbolique pour les Acadiens. La stella maris, c’est l’étoile de la mer, et elle renvoie notamment à la région de laquelle Éveline est originaire. Je viens de la région du sud-est du Nouveau-Brunswick, qui est sur le bord de la mer, dans le bout de Shédiac.

Des parallèles peuvent être faits entre la quête de Stella, personnage principal du roman, et l’histoire des Acadiens. L’autrice fait cependant remarquer que ce parallèle est très discret. Il y a des liens qui se font avec les Acadiens, mais de manière subtile. Nous ne sommes pas ici devant une quête identitaire comme celle des Acadiens, mais plutôt devant une quête symbolique. L’Acadie s’y traduit surtout par certaines traditions et habitudes alimentaires. Stella Maris, c’est la quête d’une âme qui refuse d’abandonner ses origines. Une quête qui peut être associée à toutes sortes de combats vécus par différents peuples au cours des siècles passés et présents — voilà un objectif typique des romans fantastiques. C’est vraiment un roman fantastique, qui pourrait être universel et pas seulement acadien.

Extrait

« Un jour, il y a de cela très longtemps, une larme d’une jeune femme tomba à la mer. Comme une perle translucide, elle sombra dans les profondeurs de l’Océan… et son voyage commença. »

– Éveline Gallant-Fournier, Stella Maris, Éditions La Grande Marée, p. 10

Une nature inspirante

Éveline Gallant-Fournier est une artiste visuelle qui se spécialise dans « l’art nature », ou land art. En tant qu’écrivaine, son inspiration pour ce roman lui vient de la nature qui l’entoure. Quand je fais du land art, je suis souvent seule dans de vastes espaces naturels où je peux passer des heures, et même des journées entières. Le paysage me parle : ce n’est pas seulement une question de faire l’armature d’un récit, c’est le fait d’être dans ces espaces… il y a plein d’histoires qui me viennent en tête. J’imagine des choses, je rêve en quelque sorte. Le land art provoque beaucoup d’histoires et de choses qui pour moi ressortent du paysage. L’histoire de Stella Maris est donc le produit d’une de ces séances de land art.

Les mythes et les légendes liées à la mer sont une autre source d’inspiration pour Gallant-Fournier. Je viens d’une culture où il y a beaucoup de mythes et de légendes, dont certaines sont associées à la mer. La mer, c’est un univers qui est immense. C’est quelque chose de puissant, de mystérieux. Cette aura de mystère est un terreau fertile pour la création de tout un monde de légendes peuplé de personnages fantastiques et mythologiques.

On ressent donc tout au long du roman l’attachement et la fascination qu’ont les personnages pour leur environnement. Cette fascination est le fruit de l’amour de l’autrice pour la nature, et plus particulièrement pour la mer et ce qu’elle représente chez une native des côtes du Nouveau-Brunswick. Petite fille, je suis pratiquement née les deux pieds dans l’océan Atlantique. L’écrivaine ne peut donc faire autrement qu’embrasser cette influence maritime, qui est une partie intégrante de ce qu’elle est en tant que personne. Quand on est née près de la mer, on la porte en soi durant toute sa vie.

Le roman Stella Maris d’Éveline Gallant-Fournier est paru aux Éditions La Grande Marée, aux formats papier et numérique.

Julien Charette
16 décembre 2020