Genre: Roman

Pages: 118

Date de parution: 8 novembre 2011

ISBN (Papier): 9782894232668

ISBN (PDF): 9782894234396

Code: PDP447

Jeudi Novembre

Partagez

Auteur.trice: Michèle Vinet

Acheter ce livre

Prix Trillium
Prix Émile-Ollivier

Le personnage central de ce conte allégorique, Jeudi Novembre Légaré, est littéralement tombé du ciel, un bon matin, parmi les choux qui poussent dans le potager de DesAnges. L’étranger, un jeune adulte, y sera cueilli et adopté par DesAnges et son voisin, Zave, qui se dévoueront à lui inconditionnellement. Telle une éponge, Jeudi se consacrera avec passion à l’apprentissage de la vie ; chemin faisant, il transformera celle de quiconque le côtoie. Sa trajectoire le mènera du piano au vélo, de bourg en bois, d’obstacles en périls. Qu’est-ce qui pourrait bien assouvir l’appétit de ce personnage, dont la quête semble insatiable ?

Dans Jeudi Novembre, les saisons parlent, la nuit agit, les fleurs s’épanchent, tout ça sous une plume fluide, ronde et imaginative. 

«On ne peut pas lire du bout des yeux ce conte mystique, magique, fantaisiste. On s'y embarque sans ambages, sans espoir de retour.»
Jury, prix Trillium

«Ce conte poétique et délicat, à la narration frénétique et sautillante, est une entreprise littéraire qualifiée d'impressionnante par les jurés. Ce récit audacieux, où magie et charme s'entremêlent, interroge tout en finesse le pacte qui nous lie au réel.»
Jury, prix Émile-Ollivier

Acheter ce livre

Michèle Vinet

Diplômée de l’Université d’Ottawa en lettres françaises et en éducation, et spécialisée en français langue seconde, Michèle Vinet a œuvré dans les domaines de l’éducation, du théâtre et du cinéma. Elle a publié cinq livres, dont un roman
et un récit primés (prix Trillium, Émile-Ollivier et Le Droit), et plusieurs nouvelles dans une variété de revues. 

Pour voir des vidéos de l'auteure, cliquez sur les liens suivants : « La découverte de ma petite vie de 10 ans » Jeudi novembre entend l’appel de l’amour humain « L’inspiration [...] on risque de se noyer dans la cafetière à l’attendre. »