Genre: Théâtre

Pages: 211

Date de parution: 24 février 2009

ISBN (Papier): 9782894232156

ISBN (ePub): 9782894238547

ISBN (PDF): 9782894233122

Code: PDP274

Iphigénie en trichromie suivi de La colère d'Achille

Partagez

Auteur.trice: Michel Ouellette

Acheter ce livre

Le dramaturge s’approprie deux mythes de la mythologie grecque qui s’inscrivent dans la continuité d’une réflexion portant sur « l’universalisme de la condition humaine » que Ouellette a amorcé avec Le testament du couturier. À travers ces mythes, il pose un regard critique sur notre société.

Dans Iphigénie en trichromie, l’auteur revisite le mythe célèbre de la princesse Iphigénie — qui doit mourir pour que les vents se lèvent et que la flotte achéenne se rende à Troie afin de libérer Hélène — en privilégiant une perspective féministe. Dans cet univers, la reine domine le roi, mais des forces agissent dans l’ombre pour renverser la situation et mener à l’avènement d’un nouvel ordre social.

Dans La colère d’Achille, l’auteur transpose l’histoire à notre ère moderne. Hatch [Achille] devient un mercenaire américain, à la solde d’une compagnie supranationale à l’oeuvre dans un pays du Moyen Orient.

La pièce Iphigénie en trichromie a été portée à la scène le 27 septembre 2006, dans une coproduction du Théâtre du Nouvel-Ontario (Sudbury) et du Théâtre la Catapulte (Ottawa). La colère d’Achille a fait l’objet d’une lecture publique le 18 décembre 2005, à la Nouvelle scène (Ottawa).

Acheter ce livre

Michel Ouellette

Originaire de Smooth Rock Falls, dans le nord de l’Ontrario, Michel Ouellette est un chef de file de la dramaturgie en Ontario français. Écrivain prolifique, il est l’auteur d’une quarantaine de pièces, de quelques romans, recueils de poésie et contes pour enfants. Il a remporté le prix du Gouverneur général pour French Town et le prix Trillium pour Le testament du couturier.

Pour voir des vidéos de l'auteur, cliquez sur les liens suivants : Atteindre la douceur en passant par la violence, la rudesse et la noirceur « Mettre des mots sur le silence » « Frères d'hiver »