« Le Malaimant » de Michèle Vinet : Comment exprimer son amour?

11 février 2021
Nouveauté de la semaine
Partagez

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

Le Malaimant de Michèle Vinet :
Comment exprimer son amour?

Le malaimantUn homme vit seul, isolé du reste du monde, dans une forêt, quelque part. Un beau jour, il fait la rencontre d’une mystérieuse femme blessée, de qui il tombe amoureux. Le problème est de taille puisqu’il ne sait pas comment aimer après toutes ces années à vivre en solitaire. Réussira-t-il à l’aimer comme il se doit? Ce nouveau roman de Michèle Vinet, intitulé Le Malaimant et publié aux Éditions L’Interligne, convie à un questionnement sur l’amour. Comme m’explique l’auteure : C’est l’histoire d’un cheminement, d’un questionnement sur le rapport à l’autre, au monde ainsi qu’à soi-même.

Voici donc une œuvre où les thèmes de l’humilité et de l’humanité s’entrecroisent. Les amis du héros sont des hommes. Il y a un médecin, un herboriste et un chaman. Alors, il y a un brin de fantaisie, un brin de jeunesse et de folie, dans ce roman. J’aime toujours explorer la fantaisie parce qu’il me semble que le réel, ce n’est pas assez.

Michèle Vinet s’est beaucoup inspirée des grands mythes du monde antique afin de créer le héros de cette histoire. En fait, elle préfère parler de la mythologie comme d’un guide. Dans la mythologie [classique], tu as tous les héros qui s’acharnent sur tout ce qui est malsain dans la vie, afin de conquérir quelque chose. J’aime ces héros et j’aime que mes héros leur ressemblent.

L’écriture instinctive

Moi, je ne compte jamais sur l’inspiration, parce que si on attend l’inspiration, on risque de se noyer dans une tasse de café [sic]. Ne jamais attendre : il faut faire venir [les mots à soi]. Michèle Vinet n’écrit donc pas toujours en fonction d’élans d’inspiration spontanés. Elle est plutôt de celles qui, par discipline, s’installent diligemment crayon à la main devant un cahier pour y rester jusqu’à ce que des mots couvrent les pages. Par contre, il lui arrive de rester devant une page blanche pendant des heures. Mais l’élan spontané est bien, pour une fois, ce qui a déclenché l’écriture du Malaimant. À l’époque, j’étais sur la route 417, dans l’est ontarien, attendue pour un tournage avec la chaîne TFO. Chemin faisant, j’ai senti une présence dans mon auto. Je ne crois pas aux fantômes ni à rien de cela, mais je me suis sentie comme si quelqu’un, là, avait quelque chose à me dire. Le besoin d’écrire s’est alors impérieusement présenté à Vinet, qui n’avait pas idée de ce à quoi aboutirait cette séance d’écriture.

L’art d’aimer

Tous et toutes, on se sera probablement déjà demandé, à un moment ou à un autre, si on aimait de la bonne façon. Existe-t-il à proprement parler une bonne façon d’aimer? Tant que l’amour est exempt de violence et empreint d’un respect de l’autre, toutes les formes d’amour ne sont-elles pas valables? Je pense que nous voudrions tous « bien » aimer, mais avec nos faiblesses, nos réussites et nos échecs, parfois, nous finissons par mal aimer. Mais qu’est-ce que c’est, « bien » aimer ou « mal » aimer? Pourquoi aime-t-on bien? Pourquoi est-ce qu’on aime mal? C’est un peu la quête du héros que de tenter de répondre à ces questions. En effet, l’homme cherche à décrire et à exprimer son amour pour la jeune femme qu’il a secourue en forêt. Un peu comme le héros des grandes mythologies, qui est confronté [dans sa] quête.

Dans cette histoire, il y a de la lumière – comme dans mes autres romans, d’ailleurs. Et je crois qu’en ce moment, nous avons besoin de cette lumière. Pour beaucoup, nous sommes seuls, en isolement et dépourvus de « l’autre ». Nous sommes des gens qui vivent [d’ordinaire] en société, qui interagissent… et là, ce n’est plus possible de le faire. L’auteure voudrait que ses lecteurs et lectrices retiennent la beauté dont elle a infusé ce roman. Je ne veux pas nécessairement que les lecteurs retiennent [le fil du récit], mais plutôt qu’ils [gardent le sentiment d’avoir] tenu entre leurs mains quelque chose de beau!

Le roman Le Malaimant de Michèle Vinet est paru chez L’Interligne aux formats papier et numérique.

Julien Charette
10 février 2021