« La boîte aux belles choses » de Christine Arbour : Chérir les belles choses

3 juin 2020

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

La boîte aux belles choses de Christine Arbour :
Chérir les belles choses

 

La boite aux belles chosesC’est au chevet de sa mère que l’autrice Christine Arbour a trouvé l’inspiration pour son nouveau livre jeunesse. Il y a quelques années, j’ai eu la chance de lui tenir la main jusqu’à la fin. Le deuil s’est donc imposé de lui-même en tant que sujet pour le livre jeunesse La boîte aux belles choses publié aux Éditions Bouton d’or Acadie.

J’ai posé mon regard sur les petits enfants qu’elle laisserait derrière elle. Ceux qui l’ont brièvement connue et ceux qui la connaîtront juste à travers des souvenirs partagés. L’histoire suit donc une petite fille qui vient de perdre sa grand-mère. Cette fillette n’arrive plus à voir la beauté des choses qui l’entourent. La tristesse l’accompagne jusqu’au moment où elle décide de construire une « boîte aux belles choses ». Dans cette boîte mentale, elle commence à emmagasiner les beaux souvenirs liés à sa grand-mère décédée. Le titre fait justement référence aux souvenirs conservés au plus profond de la mémoire, ces souvenirs qui refont surface en temps de deuil.

Le deuil chez les enfants, pas facile

Si le deuil est déjà un sujet difficile à aborder entre adultes, imaginez le faire avec des enfants… C’est pourtant ce qu’a choisi de faire Christine Arbour avec cet album. Elle a mis en mots et en images le processus du deuil chez un enfant venant de perdre sa grand-maman. Quand un enfant perd un être cher, c’est parfois difficile de lui expliquer le concept de la mort.

Elle a donc emprunté un vocabulaire simple, agrémenté d’images très colorées, pour éviter de stresser les enfants. Je voulais emmener les enfants à penser aux belles choses qui suivent et à tout ce qui est beau dans la vie, en utilisant des mots simples et des images apaisantes. Des images concrètes pour éviter qu’ils deviennent angoissés avec des non-dits.

Nous devons ces belles illustrations, apaisantes et colorées, à Johanna Lezzerio. J’ai eu un coup de cœur instantané pour ses illustrations, avoue l’autrice. Les aquarelles de cette artiste répondaient justement à ce qu’elle recherchait. Les dessins de Johanna m’ont beaucoup plu dès le départ. Elle a une grande sensibilité, qui se marie bien avec le texte.

Mordre dans les « petites choses » de la vie

À travers sa poésie, Christine Arbour a cherché à montrer aux enfants une facette plus joyeuse du deuil. Tôt ou tard, la mort emportera un de nos proches, la vie est ainsi faite. Il faut donc profiter des grands comme des petits moments de notre existence. Je veux que les enfants prennent le temps de savourer les belles choses de la vie. De collectionner les beaux souvenirs.

Elle veut aussi faire comprendre aux enfants la puissance des souvenirs, ces souvenirs qui nous donnent la force de passer à travers les périodes difficiles de notre vie. Quand il y a des petits obstacles qui se présentent, on va puiser dans notre « boîte » aux beaux souvenirs : ça nous donne une force supplémentaire pour avancer.

Célébrer la vie à travers le deuil

Qu’on le veuille ou non, la mort et le deuil font partie de la vie de chacun d’entre nous. Petits ou grands, les deuils pointent un jour ou l’autre le bout de leur nez dans nos vies. C’est souvent lors des périodes de deuil que resurgissent des souvenirs de ces personnes disparues. La perte d’un animal de compagnie, d’un être cher ou d’un grand-parent nous emmène souvent à replonger dans nos souvenirs pour mieux rebondir.

La lumière qui se dégage de cette œuvre nous rappelle que les beaux souvenirs rendent le deuil plus facile à surmonter. C’est un album jeunesse qui incite à célèbre la vie à travers le deuil. Je pense que pour célébrer la vie, il faut aussi savoir parler du deuil. Ça fait partie du parcours normal des choses. Au fond, c’est une espèce d’ode à la beauté de la vie et des petites choses qui nous font du bien.

Nos souvenirs sont une chose que personne ne peut nous retirer ; ils nous accompagneront jusqu’à la fin de nos jours. Le fait de pouvoir continuer à vivre avec le souvenir de cet être cher dans notre tête et dans notre cœur, ça, personne ne peut nous l’enlever.

Le livre jeunesse La boîte aux belles choses de Christine Arbour est paru aux Éditions Bouton d’or Acadie, en format papier et numérique.

Julien Charette
3 juin 2020