« Jardin de mots » de Marie Cadieux : Semer des mots comme des graines d’espoir

16 octobre 2019

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

Jardin de mots de Marie Cadieux

Semer des mots comme des graines d’espoir

 

Jardin de mots

En 2009 au Festival Frye de Moncton, l’auteur Alexandre Jardin profitait de sa tribune pour faire découvrir un projet qu’il avait lui-même co-fondé dix ans plus tôt en France : Lire et faire lire, un programme qui mise sur le bonheur de la lecture et les relations intergénérationnelles. Il n’en fallait pas plus pour qu’une même initiative soit lancée en Acadie. Dix ans plus tard,  l’organisation s’est aussi implantée au Québec, en Ontario et même à Calgary. C’est cette idée semée qui a germé et dont on récolte aujourd’hui les fruits, mais surtout cette belle histoire de partage et de confiance qui a inspiré Marie Cadieux à écrire Jardin de mots, un livre illustré par François Dimberton et publié aux Éditions Bouton d’or Acadie.

Dans ce livre inspiré de cette vraie histoire d’un auteur célèbre qui traverse l’océan pour parler de ses livres, mais qui aborde plutôt le sujet des enfants qui n’ont pas accès à la lecture, Alexandre Jardin devient Monsieur le jardinier. Marie Cadieux, qui a elle-même fait la lecture dans les écoles durant deux saisons en tant que bénévole pour Lire et faire lire, ne voulait pas en faire un récit didactique ou historique sur la création de l’organisation. On y rencontre donc simplement un jardinier qui traverse l’Atlantique et qui sème des livres, des images et des graines de lecture, raconte l’autrice.

Approchée par la directrice de l’initiative acadienne afin de souligner le dixième anniversaire du projet, Marie Cadieux a réfléchi à une façon de transposer l’histoire sans nécessairement parler de l’auteur français – que les enfants ne connaissent pas, de toute façon. Finalement, c’est simplement un auteur, quelqu’un qui est jardinier de mots, qui sème des mots et des images. Il écrit des livres, et ses livres sont comme des îles qui lui permettent de poser un pied à différents endroits, jusqu’à se rendre de ce côté-ci de l’Atlantique. Bien qu’il y ait un clin d’œil au nom et au métier d’Alexandre Jardin, il n’y a eu aucune tentative pour rendre le personnage du jardinier proche de lui ou qu’il soit ressemblant; c’est vraiment un tout autre personnage, confie Marie Cadieux, qui désirait se concentrer plutôt sur la bonne idée qu’il a plantée en Acadie.

Semer une graine d’espoir

Allant à la rencontre de ce jardinier, le personnage de Madame Pauline est une vieille dame attachante, mais qui s’est un peu renfermée dans son univers et dans ses soucis, avec les années. J’ai imaginé cette dame qui est enfermée dans sa solitude et qui ne croît plus à grand-chose, mais qui est tout à coup touchée par cette invitation à amener la lecture aux enfants, raconte Marie Cadieux. Pour lui donner vie, l’autrice se rappelle une dame très timide rencontrée lors d’un événement littéraire en France. Je sentais chez cette dame-là une sorte de tristesse, de solitude, mais en même temps, un grand bonheur et une fierté de faire la lecture aux jeunes, raconte celle qui a probablement inconsciemment été nourrie par cette image pour créer Madame Pauline.

Pour Marie Cadieux, Jardin de mots est une histoire de lecture multigénérationnelle, mais surtout une histoire d’espoir, car c’est bien ce qui arrive à Madame Pauline : tout à coup, elle fait un peu confiance à la vie qui pousse autour d’elle. J’ai beaucoup aimé quand j’ai vu les grandes vagues dans les illustrations de François Dimberton. C’est une vague de mots qui déferle, une vague de la littérature et des images qu’on partage. C’est le foisonnement de l’espoir, ajoute celle qui a imaginé sa Madame Pauline avec une petite graine dans la poche de son manteau : une graine d’espoir. Tu as beau ne pas trop croire en des jours meilleurs, ne pas aller beaucoup vers l’autre, je pense qu’on a tous, au fond de nous, cette idée qu’il y a quelque chose qui va se passer, une recherche d’étincelle!

C’est pour cette raison que sa Madame Pauline se rend à la conférence du jardinier, même si elle n’est pas sortie depuis longtemps. Elle dépasse sa peur, puis quelque chose de positif surgit. C’est ça le jardin de mots, le jardin d’espoir. C’est pour ça que je dis qu’on n’est jamais seul quand on aime lire. C’est un geste de confiance d’ouvrir un livre, de plonger dans le monde d’un autre, analyse l’autrice, qui espère que son nouveau livre saura inspirer tant les jeunes lecteurs à l’émerveillement de la lecture, que les adultes à reconnecter avec la jeunesse. C’est en se reconnectant avec les enfants et en accomplissant l’utile tâche de faire la lecture que son personnage est arrivé à croire à nouveau en un avenir réjouissant, parce qu’ouvrir un livre, c’est ouvrir la vie; c’est aller à la rencontre de soi-même et des autres.

Le livre jeunesse Jardin de mots de Marie Cadieux est illustré par François Dimberton et publié aux Éditions Bouton d’or Acadie.

Alice Côté Dupuis
16 octobre 2019