« Inédit » d’Eric Plamondon : Une amitié winnipegoise

15 juillet 2020

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

Inédit d’Eric Plamondon :
Une amitié winnipegoise

 

InéditCinq jeunes adultes se retrouvent dans une galerie d’art lors d’un vernissage peu achalandé. Une amitié se noue entre les personnages ayant quelque chose à s’apprendre mutuellement. On y voit les balbutiements d’une relation entre Théo et Lucas, qui n’arrivent pas à s’exprimer leurs sentiments respectifs. C’est ce que propose Eric Plamondon avec Inédit, sa toute première pièce de théâtre. Cette œuvre est publiée aux Éditions du Blé dans la collection « Nouvelle Rouge », étiquette visant à promouvoir les œuvres de nouveaux talents franco-manitobains.

D’une scène à l’autre de la pièce, les personnages se découvrent les uns les autres, tout en se découvrant eux-mêmes. Val, Théo et Steve se connaissent déjà d’avant le début de la pièce. Lucas, qui est le cinquième personnage, n’est connu de personne. C’est lui qui amène la nouveauté, le caractère inédit de ces découvertes de soi – d’où le titre de la pièce, souligne le dramaturge. En plus de découverte de soi, il est question d’apprentissage au contact des gens rencontrés au fil de la vie.

Un peu de Winnipeg

L’inspiration de l’auteur lui vient de Winnipeg, la ville qui l’a vu grandir et s’épanouir en tant qu’artiste queer. Je voulais créer quelque chose où Winnipeg serait un filtre qui donne de la couleur aux histoires. Plamondon a donc voulu mettre en scène sa ville, et y fait référence dans son écriture par le biais de repères géographiques et culturels. [Je me suis donné le] défi d’ancrer certains des points pivots de l’histoire avec des éléments de Winnipeg, que ce soit des références bien connues ou à découvrir.

Cet ancrage dans la réalité winnipegoise passe surtout par la langue des personnages. Ceux-ci s’expriment dans le français couramment utilisé sur le territoire de la rivière Rouge. Pour Eric Plamondon, c’était crucial d’écrire les dialogues dans la langue des Franco-manitobains. Je pense c’est un acte culturel de continuer à créer avec ce langage-là. Surtout quand on pense qu’une pièce de théâtre, c’est éphémère, dans le sens qu’elle existe sur les planches pour un morceau de temps. Les propos de l’auteur laissent transparaître sa fierté d’être winnipegois, mais plus précisément d’être franco-manitobain.

L’art queer

L’autre chose importante pour moi, c’était de prendre la culture de ce que j’appelle « le drame queer ». De montrer le Winnipeg francophone qui est passé d’une attitude « don’t ask, don’t tell » à une volonté de dialoguer avec la communauté gaie, de lui donner une place. En tant que membre de la communauté LGBTQ, Plamondon accueille à bras ouverts cette place qui est faite aujourd’hui à une plus grande diversité. C’est dans cet esprit qu’il trouvait important de camper son œuvre dans la culture queer en pleine expansion à Winnipeg. Je trouvais intéressant de prendre cette place avec un acte artistique, théâtral, littéraire. Et de présenter une histoire qui fait découvrir ce qui, je pense, est une esthétique queer, connue de la communauté queer mais pas encore connue du grand public. Inédit s’inscrit ainsi dans sa démarche de promotion et de mise en valeur de l’art queer.

Processus inversé

En ces temps étranges, la pièce d’Eric Plamondon a paru avant même d’être présentée devant public. Ce processus n’est pas commun dans le milieu du théâtre, comme me le rappelait l’auteur. Il espère qu’il aura la chance de mettre en scène son œuvre, qui mérite d’être montée sur scène. Le dramaturge a déjà eu l’occasion d’en faire une première lecture vidéo, accompagné de cinq comédiens. Pour l’instant, nous ne pouvons que lui souhaiter beaucoup de succès.

La pièce de théâtre Inédit d’Eric Plamondon est publiée aux Éditions du Blé, en format papier et numérique.

Julien Charette
15 juillet 2020