« En cas d’incendie, prière de ne pas sauver ce livre » de Catherine Voyer-Léger

Le feu est dans la demeure

9 mars 2021
Actualité
Partagez

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

En cas d’incendie, prière de ne pas sauver ce livre
de Catherine Voyer-Léger :
Le feu est dans la demeure

Nous sommes bien petits, en tant qu’individus, devant l’ampleur de la crise climatique qui pointe à l’horizon. Que pouvons-nous faire, nous simple citoyens du monde? À quel pouvoir prétend la parole quand la crise ravage les écosystèmes, bouleverse nos vies? Et la panique, où se loge-t-elle, dans les tripes ou dans la tête? C’est à ces questions et à bien d’autres qu’a cherché à répondre l’essai En cas d’incendie, prière de ne pas sauver ce livre, dirigé par Catherine Voyer-Léger et publié aux Éditions Prise de parole.

Dans cet essai, construit à la manière d’un collectif, les douze auteurs ont exploré les paradoxes liés à la crise climatique et à la complexité de notre rapport à l’environnement. C’est un livre sur les changements climatiques. L’environnement, c’est un sujet sur lequel on entend toujours qu’il faut écouter ce que les scientifiques disent, puisque ce sont eux qui ont l’information factuelle. Avec ce livre, nous on voulait entendre ce que ça fait aux gens dans leur quotidien où ça les rejoint et où ça les transforme en tant que personne.

Le titre nous amène à nous questionner sur ce que l’on doit sauver ou non de notre civilisation. On comprend que le bien matériel n’est pas aussi important que les idées. Pour moi, un livre, ça dépasse ce qu’est l’objet livre, puisque la richesse d’un écrit, c’est ce qu’il sème en nous.

Les vétérans et les novices

Catherine Voyer-Léger a eu la difficile tâche de sélectionner les auteurs qui allaient faire partie de ce projet. Elle a choisi des auteurs bien établis, mais aussi de nouveaux auteurs dont certains n’avaient jamais publié auparavant.

En plus de présenter de nouvelles voix, ce livre présente des textes d’auteurs issus de différents milieux, de différentes origines et de différentes générations. On voulait que cela témoigne de la diversité des points de vue, de la diversité culturelle, mais aussi de la représentation équitable entre les hommes et les femmes, entre les diverses régions du Canada ainsi qu’une diversité des styles littéraires.

Par conséquent, les textes narratifs qui ont été créés abordent une multitude de perspectives. Il y a des textes qui témoignent d’enjeux très intimes liés à la surconsommation et aux choix qu’on doit faire. Tandis que d’autres témoignent d’enjeux liés à la filiation, c’est-à-dire ce que ça représente de sauver la planète pour nos grands-parents, nos parents et nos enfants.

Les angoisses environnementales face au quotidien : une cohabitation difficile

Mère monoparentale, Catherine Voyer-Léger a parfois de la difficulté à faire cohabiter sa volonté d’adopter des habitudes de consommation plus vertes avec ses responsabilités familiales. Je me retrouve en surcharge mentale avec toutes ces choses à penser. L’autrice n’est pas la seule à se retrouver dans cette situation. Je trouve qu’on en met beaucoup sur le dos des individus, même si on sait que les changements significatifs viennent essentiellement des grandes entreprises. Par exemple, les emballages de yogourt individuels, très pratiques dans les lunchs des enfants, ne sont pas recyclables, contrairement au contenant grand format. Pourquoi les contenants individuels ne pourraient-ils pas être recyclables? Après toutes ces années, n’existe-t-il pas une façon d’utiliser des emballages plus écoresponsables?

À travers les réflexions que soulève ce livre, l’autrice tient tout de même à souligner le besoin de rester positif, malgré la situation critique. Je pense, une fois qu’on accepte qu’il y a un problème et qu’on fait partie du problème, qu’il faut quand même être indulgent envers soi-même. On ne fera pas une révolution tout seul chez soi. On ne fera pas une révolution en deux jours; ça prend du temps.

L’essai En cas d’incendie, prière de ne pas sauver ce livre dirigé par Catherine Voyer-Léger est publié aux Éditions Prise de parole.

Julien Charette
9 mars 2021