Choix de l’équipe : 3 livres à lire selon Mylène Viens

2 juillet 2020

Mylene ViensMylène Viens,
responsable des communications du Regroupement,
vous présente ses coups de cœur

Pour vous accompagner dans la saison estivale, l’équipe du Regroupement des éditeurs franco-canadiens vous propose des suggestions de lecture. Cette semaine, Mylène Viens, notre responsable des communications, vous présente ses trois coups de cœur littéraires.

Flush de Marie-Claire Marcotte (Éditions L’Interligne, 2020)

flush_ContourCette pièce de théâtre met en scène une femme qui vient frapper à la porte du logement où vivent Marthe, Fred et La Petite. Cette femme du nom de Corinne souhaite offrir son poisson rouge en cadeau. Dans cette œuvre pleine de non-dits, les personnages devront soit apprendre à s’aimer, soit continuer à s’enfoncer. Mylène Viens a bien aimé découvrir au fur et à mesure de la lecture les liens qui unissent les différents personnages de l’histoire, indéfectiblement : J’y vois le vrai sens d’une famille. Peu importe ce qui arrive, une famille reste une famille.

La symbolique derrière le poisson rouge a aussi contribué à charmer notre responsable des communications. Ici, le poisson rouge représente le passé : même si tu essaies de le « flusher », il revient toujours ! Mylène a apprécié que la pièce aborde le pardon et l’acceptation du passé. Flush a tellement touché Mylène qu’elle espère voir cette œuvre présentée à Ottawa. Même les lecteurs n’étant pas portés vers le théâtre s’y retrouveront et adoreront cette pièce.


Cours, Ben, cours ! de Sonia Cotten et Philippe Garon, illustré par Daniela Zekina (Éditions Bouton d’or Acadie, 2020)

Cours, Ben, cours!Les gens qui ont grandi dans les années 1990 se souviendront sans doute des « livres dont vous êtes le héros », ces livres-jeux où le lecteur doit faire des choix qui influenceront l’histoire et la destinée du personnage. Eh bien, Cours, Ben, cours ! s’inscrit dans la même lignée littéraire : on y suit Benedict, son père l’homme-tronc, et une corneille albinos à travers une ville en feu. Les choix des lecteurs permettront à ce trio inusité de s’en sortir… ou pas !

Mylène Viens a été attirée par cette œuvre originale et loufoque, dont le concept du choix laissé au lecteur lui a beaucoup plu. C’est le roman idéal pour les jeunes n’aimant pas lire. Le côté participatif de Cours, Ben, cours ! a tout pour attirer les adolescents en quête d’aventure ludique.


 

Moncton mantra de Gérald Leblanc (Éditions Prise de parole, 2012)

moncton mantraCe livre a tout de suite piqué la curiosité de notre responsable des communications lors de sa présentation au Combat des livres, à l’émission Plus on est de fous, plus on lit sur les ondes d’ICI Première. À travers les yeux d’Alain Gautreau, Gérald Leblanc nous raconte sa quête vers la sphère de l’écriture, et surtout, la création d’une littérature acadienne urbaine et moderne. Ce roman est une sorte de carnet de voyage qui a accompagné le poète de son entrée à l’université de Moncton jusqu’à la parution de cette œuvre. Il s’agit d’une réédition du livre publié en 1997.

Mylène étant elle-même autrice, ce roman l’a interpelée au plus profond de son âme. Elle s’est immédiatement identifiée au personnage et à ses questionnements, tout au long du roman : Peut-on devenir écrivain ? A-t-on « ce qu’il faut » pour être reconnu comme tel ? Ces questions, elle se les pose elle-même en tant qu’autrice.

Moncton mantra a tout pour plaire avec son côté philosophique et quelque peu historique. Mylène vous le recommande donc afin d’en apprendre davantage sur la renaissance de la littérature acadienne, dans les années 1970. On y voit aussi une facette du monde artistique où les excès se mêlent aux difficultés financières. Comme le mentionne la préface du roman, il s’agit d’un roadtrip digne des romans de Jack Kerouac !

Julien Charette
2 juillet 2020