Actualité

Marché de la poésie
22 mai 2018

Un printemps poétique avec le Marché de la poésie de Montréal

Le Marché de la poésie aura lieu du 31 mai au 3 juin prochain, dans le cadre du Festival de la poésie de Montréal. Pour l’événement, le REFC tiendra un stand collectif et six poètes franco-canadiens seront présents sur place.

Lire la suite >


32974736_10156727484231111_8608953488870735872_n

«En écho multiple»: Une soirée de poésie au Salon du livre du Grand Sudbury 2018

La soirée a é ponctuée d’un enchaînement de textes sans logique apparente, mais laissant place aux hasards des rencontres, alors que chaque poète voyait trois de ses textes lus, d’abord par lui-même, puis par Ouellette et enfin par un autre poète.

Lire la suite >


Table ronde sur l'imaginaire minier
18 mai 2018

«Un imaginaire minier: de roc et d’autres choses» au Salon du livre du Grand Sudbury 2018

Au Salon du livre du Grand Sudbury, quatre auteurs – Thierry Dimanche, Jean Marc Dalpé, Donald Dennie et Bruno Massé – ont abordé la mine, le roc et «autres choses», ces thèmes bien ancrés dans l’univers sudburois.

Lire la suite >


Logo Prix de littérature éclairée du Nord
17 mai 2018

Dévoilement des finalistes du Prix de littérature éclairée du Nord 2018!

Dans le cadre du 11e concours annuel du Prix de littérature éclairée du Nord, les bibliothèques du Nord en collaboration avec les bibliothèques publiques du Nord de l’Ontario, les quatre finalistes pour la catégories «romans pour adultes – français» sont: Michel Ouellette (Trompeuses lumières), Michelle Deshaies (XieXie), Louis L’Allier (Nikolaos, le copiste) et Hélène Koscielniak (On n’sait jamais à quoi s’attendre).

Lire la suite >


Table ronde 2

«Écrire à partir de la marge»: Une table ronde au Salon du livre du Grand Sudbury 2018

À voir la passion qui habite ces trois auteures, on ne peut que constater que le statut de minoritaire forge effectivement des personnalités très fières, affirmées et revendicatrices. Le constat semble être que dans la marge, il faut se tenir debout, et selon l’auteure de l’essai «Perspectives créoles sur la culture et l’identité franco-ontariennes», en tant que francophone minoritaire, par principe, le fait d’écrire est un geste politique.

Lire la suite >