« Apesanteur » de Paul Bossé : Une poésie en apesanteur

16 septembre 2020

Chaque semaine, le Regroupement vous présente
une nouveauté franco-canadienne

Apesanteur de Paul Bossé :
Une poésie en apesanteur

ApesanteurVous êtes-vous déjà demandé à quoi la Terre pouvait ressembler vue de l’Espace? L’auteur Paul Bossé s’est posé la question, lui. Vous direz sans doute qu’il suffit de taper « Terre » dans Google pour le voir… ça, oui, tout le monde le sait, mais je parle ici de flotter soi-même dans l’Espace et d’observer ce qui nous entoure. C’est un peu ce que propose Paul Bossé avec Apesanteur, sa nouvelle œuvre publiée aux Éditions Perce-Neige. Ce recueil de poésie se veut aussi une critique sociale sur l’état délabré de notre planète comme si on la voyait du cosmos, en état d’apesanteur.

Pour Paul Bossé, Apesanteur est en quelque sorte la suite logique à son dernier recueil, intitulé Les démondeurs. Avec cette œuvre, Bossé avait imaginé s’éloigner de notre planète pour se tourner vers le cosmos. Mais même lorsqu’il écrit des poèmes sur l’espace, le poète garde la Terre dans son viseur, et y pose un regard neuf.

Le thème du dépérissement de la Terre et de ses écosystèmes occupe une place importante dans Apesanteur. Il y a des références à David Suzuki, à Greta Thunberg et au mouvement écologiste. C’est un regard sur comment la Terre, elle souffre actuellement. Le poids des États-Unis dans la balance écologique se trouve évoqué dans certains poèmes. Quand tu regardes notre planète, l’influence des États-Unis est là, tu la vois et tu ne peux pas y échapper, même quand tu es dans l’espace. Bossé y fait référence en parlant notamment de Jeff Bezos et d’Elon Musk, de la course à l’Espace, du mouvement Black Lives Matter, du racisme aux États-Unis et de la construction d’un mur.

Ce recueil a aussi un côté ludique, qui passe par la mythologie. En effet, les légendes de nombreuses civilisations et religions réfèrent au cosmos et à l’univers. Je suis parti de l’idée que l’espace, c’est très mythologique. Tous les noms des planètes et des astres remontent à trois mille ans passés : des dieux qui sont parmi nous dans le ciel…

Amoureux de science-fiction

Grand fan de science-fiction, il a donc choisi de s’en inspirer pour créer ce recueil de poésie. Sa passion pour l’espace sidéral remonte à la sortie du premier film de la série Star Wars. En 1977, mon père m’a amené voir Star Wars au cinéma, et c’était le film le plus incroyable que j’avais jamais vu de toute ma vie. Six ans plus tard, lorsque j’avais douze ans, j’ai découvert Star Trek, la série originale (celle de 1966), et là, j’ai viré excessif sur ça pendant cinq, six ans. Bossé a depuis lu de nombreux autres classiques de la littérature de science-fiction. Sachant cela, on ne saurait éviter la question : pourquoi avoir écrit un recueil de poésie plutôt qu’un roman? Ce à quoi Paul Bossé a répond bien franchement : La poésie, c’est mon langage à moi; écrire un roman, ça serait extraterrestre pour moi. Ça fait vingt ans que je travaille sur ma poésie et mon langage.

Cri pour l’humanité

À travers les poèmes du recueil Apesanteur, Bossé a voulu lancer un message aux lecteurs : Cette idée-là, qu’on vit dans une situation très précaire et dangereuse actuellement, avec notre technologie, les satellites et la science… On peut [constater] comme jamais auparavant les effets de nos inventions et de notre économie sur la Terre. [De là, je lance] un cri du cœur à l’humanité : Hey regardez! On est en train de saccager notre planète! Y faudrait peut-être faire quelque chose avant de penser à coloniser Mars. Paul Bossé n’en revient tout simplement pas que certains des plus fortunés préfèrent regarder vers le ciel plutôt qu’à leurs pieds. Les Elon Musk et compagnie sont en train de construire des vaisseaux spatiaux pour aller coloniser Mars parce qu’ils disent que notre planète est compromise. Je trouve ça idiot! Ça serait tellement plus simple de juste essayer de régler nos problèmes ici.

Le recueil Apesanteur de Paul Bossé est paru aux Éditions Perce-Neige aux formats papier et numérique.

Julien Charette
16 septembre 2020