Historique

L’histoire de la création du Regroupement…

REFC montage 30 ansEn 1988, à la suggestion de la Fédération culturelle canadienne-française (FCCF), une douzaine de maisons d’édition de l’Acadie, de l’Ontario et de l’Ouest canadien évaluent la faisabilité et les avantages d’une collaboration sur des dossiers d’intérêt commun. Il s’agit des Éditions Perce-Neige, de Michel Henry Éditeur, des Éditions d’Acadie, des Éditions coopératives Ven’d’Est, des Éditions de l’Escarbot, des Éditions du Vermillon, du Centre franco-ontarien de ressources pédagogiques (CFORP), des Éditions L’Interligne, des Éditions Prise de parole, des Éditions le Nordir, des Éditions Louis Riel (aujourd’hui Éditions de la nouvelle plume), des Éditions des Plaines et des Éditions du Blé.

En 1989, le Regroupement des éditeurs acadiens et canadiens-français (RÉACF) est créé ; il est appelé à devenir le Regroupement des éditeurs canadiens de langue française (RÉCLF), officiellement enregistré en tant que Regroupement des éditeurs canadiens-français (RECF) en 1998 puis, en 2017, rebaptisé Regroupement des éditeurs franco-canadiens (REFC).

Dès les premières discussions, la nécessité d’un regroupement d’éditeurs apparaissait évidente, notamment pour des questions de diffusion et de distribution du livre, d’échange de ressources, d’expertises et d’informations, de campagnes de promotion conjointes au Québec, et d’organisation de stand collectif à certains salons du livre, afin de mutualiser les coûts afférents aux participations individuelles. L’objectif premier était de briser l’isolement des éditeurs des communautés francophones en situation minoritaire, et de mettre en commun leurs expériences et leurs efforts de mise en marché, notamment sur le territoire québécois.

Véritable plateforme nationale permettant aux éditeurs francophones actifs à l’extérieur du Québec de faire front commun et de mener des actions concertées, tant sur le plan des politiques que de la promotion, de la diffusion et du développement de marchés, le Regroupement met en place des outils de communication et d’information, et représente ses membres auprès des pouvoirs publics et de nombreux partenaires. Il cherche aussi à favoriser la création d’un esprit de partenariat en encourageant la coopération entre les éditeurs et les principaux intervenants de l’écosystème du livre, et à assurer une collaboration et une concertation avec des organismes engagés dans le développement culturel des communautés francophones du Canada.


Le Regroupement des éditeurs franco-canadiens en bref

1988

Colloque organisé par la Fédération culturelle canadienne-française sur la situation de la culture en milieu minoritaire : l’idée d’un regroupement des éditeurs francophones hors Québec a germé.

 #C164-1_1_1_53_p001

1989

Une rencontre entre douze éditeurs a lieu au Salon du livre de l’Outaouais en avril : on y propose de créer un regroupement des éditeurs de livres et de périodiques acadiens et canadiens-français. Le Regroupement des éditeurs acadiens et canadiens-français (RÉACF) est né.


 1993

Le Regroupement des éditeurs acadiens et canadiens-français (RÉACF) devient le Regroupement des éditeurs canadiens de langue française (RÉCLF).

Les pressions menées par les éditeurs du Regroupement depuis l’automne 1990 portent fruit : les codes ISBN des livres des éditeurs canadiens de langue française débutent maintenant par le chiffre 2, l’indicatif utilisé dans le monde pour identifier les ouvrages en français, plutôt que de se faire attribuer des codes à résonance anglaise (préfixe 0).


1998

Le 22 juin, une demande de constitution en société sans capital-actions est faite sous la dénomination de Regroupement des éditeurs canadiens-français (RECF).

Grâce aux activités de conscientisation du Regroupement, les agences gouvernementales (Conseil des arts du Canada, ministère du Patrimoine canadien et ministère des Affaires étrangères et du Commerce international) signent un Protocole d’entente sur l’édition canadienne-française dans lequel elles reconnaissent les conditions uniques de travail des éditeurs en milieu linguistique minoritaire, et s’engagent à tenir compte de ces réalités dans l’élaboration de leurs politiques et la gestion de leurs programmes.

logo RÉCEF et nom


1999

Lancement du premier catalogue de Livres, Disques, Etc., qui compte 36 pages et présente 187 produits, dont les 3/5 sont des livres canadiens-français.

Livres, disques, etc.

2000

Lancement du site Internet de Livres, Disques, Etc., qui comprend une sélection élargie de produits, diverses banques d’informations et une fonctionnalité de commande en ligne. Le site Web est alors logé à l’adresse www.livres-disques.franco.ca.


2001

Le Regroupement devient autonome de la Fédération culturelle canadienne-française, en matière de fonctionnement, et le premier directeur général du Regroupement, Jean Lalonde, entre en poste.

carton SiteRECF final

2003

Lancement du site Internet www.recf.info.ca, une source de référence collective combinée à un faisceau de sites individualisés pour les éditeurs. Les douze sites regroupés sous la bannière « L’édition canadienne-française » donnent maintenant accès à l’essentiel du fonds des éditeurs, soit près de 1 100 titres renvoyant à près de 600 auteurs.


2006

Adoption du logo du Regroupement et conception d’un nouveau stand collectif pour les salons du livre de Montréal, de Québec et de l’Outaouais.

Stand REFC_1  Stand REFC_2 Stand REFC_3

 

Lire d'un océan à l'autre

2017

Le Regroupement des éditeurs canadiens-français devient le Regroupement des éditeurs franco-canadiens. Le logo, le slogan et le site Web de l’organisme sont aussi révisés et remodelés.

 REFC_logo_coul_1-copie2